Management

Quelle communication managériale pour annoncer une défaite à ses collaborateurs ?

Il est plus facile d’annoncer les bonnes nouvelles que les mauvaises. Pourtant, en entreprise, il arrive que tout ne se passe pas comme prévu. En cas de défaite, la communication managériale est importante.

Qu’il s’agisse d’un projet finalement annulé, d’un projet qui n’a pas fonctionné, de mauvais résultats, le manager ou le dirigeant se doivent de bien communiquer auprès de leurs collaborateurs.

Dans cet article, nous allons voir pourquoi cette communication managériale est essentielle et, surtout, comment communiquer auprès de ses salariés lorsqu’une défaite survient.

#1 – Pourquoi communiquer sur une défaite ?


Nous parlons souvent de l’importance pour les managers de célébrer les victoires. Mais bien manager, c’est aussi être là dans la défaite. Communiquer sur une défaite n’est pas simple pour un manager. Les collaborateurs se sont beaucoup investis dans un projet. La déception, la perte de confiance, voire le découragement, guettent. Une prise de parole maladroite pourrait encore accentuer ces sentiments. 

Pourtant, aussi tentant que cela puisse sembler de laisser la situation sous le tapis en attendant des jours meilleurs, la communication managériale est indispensable dans ces circonstances. D’où l’importance de communiquer sur une défaite.

En effet, les collaborateurs ne sont pas dupes. Si le manager ne communique pas, ils se rendent compte par eux-mêmes de la situation ou l’apprennent par d’autres voies. Mais alors, comment parler d’une défaite aux collaborateurs ?

Une communication managériale préparée et réfléchie est un bon moyen d’atténuer les sentiments négatifs associés à la défaite. Le rôle du manager ou du dirigeant, c’est de trouver le bon message et le ton adéquat pour en parler.

Les non-dits sont pesants en entreprise. La communication managériale permet de crever l’abcès. En prévenant rapidement les équipes qui sont directement impactées par cette défaite, le manager évite que le doute s’installe durablement.

Enfin, communiquer avec franchise évite de laisser circuler des rumeurs et rassure les personnes concernées.

Parler d’une défaite : les aspects positifs

Évoquer une défaite avec ses équipes, c’est faire preuve de responsabilité de la part d’un manager. En en parlant, le manager montre l’exemple à ses collaborateurs. Il les incite à s’exprimer même dans les situations difficiles. 

Communiquer sur la défaite est aussi une manière de l’assumer collectivement et d’en tirer les conséquences.

Par exemple, vous êtes directeur de magasin et n’avez pas atteint les objectifs de Chiffres d’affaires assignés par votre siège. En communiquant auprès des équipes, vous pouvez faire le point sur les pistes d’amélioration à mettre en œuvre pour améliorer vos résultats sur la prochaine période.

Ainsi, pour le sage chinois Lao Tseu :

« L’échec est le fondement de la réussite.”

En soi, échouer n’est ni bien ni mal, c’est la capacité à apprendre des erreurs commises et à rebondir après une défaite qui est importante. Or, ce rebond ne peut avoir lieu que si le manager et les équipes se mettent autour d’une table pour discuter de la défaite :

  • Qu’est-ce qui a été bien fait ?
  • Qu’est-ce qui peut être amélioré pour que ça fonctionne ?
  • Quels sont les éléments positifs dans ce qui a été fait ?

Parler d’une défaite : les aspects négatifs

En soi, parler d’une défaite n’a rien de négatif. Mais la façon dont elle est abordée peut avoir un impact négatif sur les équipes.

C’est le cas si la défaite est envisagée sous le seul angle de la culpabilité. Si elle se limite à pointer les fautifs et à mener une chasse aux sorcières, la communication managériale risque fort de décourager les collaborateurs.

De la même manière, si le manager évoque la défaite sans chercher à en tirer des enseignements, l’impact de cette communication sera nul, voire négatif. Les collaborateurs ne pourront pas s’appuyer sur ce moment pour avancer.

Il faut donc que le manager et les équipes discutent en toute transparence de la défaite.

En résumé, parler d’une défaite, ce n’est pas ressasser ce qui a dysfonctionné, c’est surtout trouver des moyens pour prévenir d’autres échecs futurs. Pour cela, le manager doit trouver le message et le ton justes mais aussi s’appuyer sur les outils à sa disposition pour faire passer ce message. 

#2 – Les canaux pour communiquer

En cas de défaite, les managers peuvent mobiliser différents canaux de communication interne pour en parler avec leurs équipes :

  • La communication orale : le manager peut réunir les collaborateurs concernés pour échanger avec eux sur la défaite et imaginer ensemble des pistes pour rebondir. Si certains salariés sont particulièrement affectés par la situation, il peut aussi les recevoir individuellement pour les rassurer, les remotiver et fixer de nouveaux objectifs.
  • La communication écrite : le manager peut choisir de communiquer par email ou par discussion instantanée. Dans ce cas, la communication est moins informelle. L’avantage, c’est que certains collaborateurs seront plus à l’aise pour répondre. En revanche, la prise de parole peut paraître moins assumée que dans une communication orale.
  • Créer un événement permet de communiquer en toute transparence sur la situation. L’entreprise californienne “Intuit” a instauré une “fête de la défaite” pour que les managers et les collaborateurs puissent échanger sur l’échec d’un projet. C’est l’occasion d’évoquer ensemble les erreurs commises, de les éviter à l’avenir et de tourner la page collectivement.

#3 – Les messages à communiquer

Vous avez compris l’importance de communiquer sur une défaite pour ne pas laisser la perte de confiance se creuser. Mais comment communiquer ? Quels messages peut-on faire passer à ses salariés ?

  • Les défaites font partie de la vie d’entreprise : la vie d’une entreprise est une succession d’échecs et de réussites. Même les entreprises les plus performantes ont connu des périodes difficiles. Vous vous souvenez de l’Apple III ? Non ? Pas étonnant, Apple n’en avait vendu que 120 000 exemplaires au début des années 80. Cela n’a pas empêché les succès futurs de la firme à la pomme.
  • Les défaites sont collectives : l’échec d’un projet, les résultats décevants sont rarement le fait d’une seule personne. Plutôt que de chercher un bouc-émissaire, il faut se concentrer sur les pistes d’amélioration collective.
  • Les échecs sont le terreau des succès à venir : le manager doit identifier les erreurs qui ont mené à l’échec pour trouver avec ses équipes des voies d’amélioration. Il faut garder à l’esprit que l’échec encourage les équipes, l’esprit d’innovation et d’initiative, le dépassement de soi.

#4 – Le rôle du manager/dirigeant dans la communication d’une défaite

Pour communiquer efficacement après une défaite, le manager doit s’appuyer sur ses qualités de manager communicant :

  • Être authentique : la communication ne doit pas être forcée ou ressembler à une figure imposée. Elle puise ses sources dans une volonté de concertation et d’amélioration collective.
  • Être transparent et honnête : le manager ne cherche pas à minimiser la défaite. Il en parle avec sincérité en évoquant toutes les erreurs qui ont pu être commises. Il ne cherche pas non plus à éluder sa propre responsabilité dans la situation.
  • Rester bienveillant : oui, des erreurs ont été commises mais le droit à l’erreur existe, à condition d’en tirer les leçons et de faire en sorte de ne pas les répéter à l’avenir.
  • Demeurer ambitieux, confiant et sûr de soi : le rôle du manager est d’éviter la perte de confiance de ses équipes. Pointer les erreurs ne doit pas être un frein à l’action pour la suite. Le manager gagne à mettre en lumière les points positifs (malgré la défaite) et ce qu’il faut retenir pour avancer en confiance.
  • Être capable de motiver et remobiliser ses équipes : la défaite est actée. Maintenant, ce qui doit primer, c’est la capacité à transformer cet échec en opportunité d’amélioration.


Dans les défaites, l’implication des managers à travers la communication managériale est indispensable pour se remobiliser et retrouver le succès. Et si vous adoptiez dès maintenant une posture de manager communicant ?



Que pensent les collaborateurs de la communication interne de l’entreprise ? Et si c’était le moment de les sonder ?

Diffusez ce sondage clé en main à vos collaborateurs et découvrez ce qu’ils pensent de la communication interne de votre entreprise.